Takehara au Japon : Quand tu reviens parce que c’était bien

Du 28 février au 2 mars 2018 et du 19 au 22 mars 2018. Après un bref nouveau passage par Fukuoka pour revoir les copains là-bas et pour clore ma paperasse administrative, je suis décidément bien en route vers le nord du Japon avec un arrêt à Hiroshima et surtout pour rencontrer Daisuke qui habite dans une petite ville appelée Takehara et qui m’a invitée à passer quelques jours chez lui. C’est pour ça que je voyage. Parce que les rencontres que tu fais sur la route te changent la vie. Takehara c’était simple et parfait. Et c’était tellement bien que j’y suis retournée et j’ai même ramené des copains. (Vidéo à la fin de l’article 😉 )

(You can read this article in English here : Takehara in Japan : When you come back because it was great)

Takehara c’est où ça?

Le Japon. J’y suis arrivée mi-janvier. Il fait froid ici l’hiver. Même dans le Kyushu qui est la région la plus au sud. Du coup après avoir décidé de faire un séjour à Okinawa pour essayer de me réchauffer un peu (A lire aussi si vous voulez : Piraterie, chasse au trésor et opération à cœur ouvert), je suis de retour sur l’île principale. Un petit arrêt de quelques jours à Fukuoka à nouveau pour revoir les copains que je me suis fait là-bas et pour m’occuper un peu de choses administratives (car étant ici sur un visa spécial… J’habitais officiellement à Fukuoka et il me fallait payer 2-3 trucs… Bref on s’en fout c’est pas important pour la suite de l’histoire… En tout cas par pour celle-là), puis je reprends la route vers le nord en direction d’abord d’Hiroshima et de Takehara.

Takehara c’est une petite ville à 50km à l’est d’Hiroshima. Je vous laisse voir sur la carte : Takehara.

Comment j’ai atterri là-bas? En fait, grâce aux réseaux d’hospitalité sur internet dont je fais partie, lorsque j’ai publié une notification disant que j’allais venir visiter Hiroshima, j’ai reçu une invitation de la part de Daisuke, qui me proposait de venir passer quelques jours chez lui. L’avantage d’être libre et de ne rien prévoir à l’avance, j’ai sauté sur l’occasion et j’ai accepté. Je n’ai pas regretté!

Mon arrivée à Takehara, chez Daisuke

28 février 2018. Sous des trombes d’eau, je pars en stop en milieu d’après-midi depuis Hiroshima vers Takehara où j’arrive vers 18-19h. Je vous passe les détails mais je viens juste de vivre la pire expérience de stop de ma courte vie d’autostoppeuse (peut-être que je vous raconterai cela sur ce blog un jour).

Quand je me fais déposer à la gare, le soleil se couche. Le temps que je marche vers chez Daisuke, la nuit tombe. Il pleuviotte toujours… mais rien à voir avec ce que j’ai pris sur la tronche en partant d’Hiroshima et puis de toute façon je suis déjà plus ou moins trempée (j’ai quand même réussi à sécher un peu dans la voiture sur le trajet mais à ce point là quelques gouttes d’eau en plus ou en moins ne feront pas vraiment la différence). J’arrive dans la bonne rue. Je sais que je ne suis pas loin mais la plupart des numéros ne sont pas inscrits sur les maisons… J’erre dans le quartier dans l’espoir de choper un wifi gratos (Merci le Japon pour ça c’est trop fort!), afin d’envoyer un message à Daisuke. Je finis par en trouver un, très faible mais suffisant. Je campe en plein milieu de la rue (bah ouais sur le côté je le captais pas le wifi) en face d’un salon de coiffeur fermé un peu plus bas. Message envoyé, espérant que Daisuke ne soit pas trop loin de son téléphone. Je reçois un message peu après… Il vient me chercher. Une voiture arrive, un grand homme en costard-cravatte descend de voiture avec un grand sourire. On charge mon sac dans la voiture. On fait 50m (oui oui vous avez bien lu je n’ai pas oublié de “0”, je vous avais dit que j’étais pas loin…)… Il se gare… On est arrivés… Les doigts dans le nez!!

La recette d’une belle rencontre (et aussi en prime une recette japonaise)

Daisuke vit dans une maison traditionnelle en bois superbe! Avec un carré de jardin central. Et… très froide comme toute les maisons japonaises que j’ai visité jusque là. Les japonais n’ont pas l’air de voir l’utilité de l’isolation dans les maisons. Bref… On allume le chauffage, et bonne surprise, ce soir c’est Daisuke qui m’invite à manger. Au menu : Okonomiyaki végétarien (Miam Miam!!), bière, vin, saké, papotages et musique. Voilà c’est aussi simple que ça. Vous avez la base pour une soirée réussie.

Mais le must, c’est lorsque tu passes cette soirée en très bonne compagnie, que tu ne vois pas le temps passer et qu’à 3h du mat’ tu regardes l’heure et tu te dis “Ah tiens déjà!! Va peut-être falloir songer à aller ce coucher…”.

Ah et je vous mets quand même la recette de ces Okonomiyakis maison en photo! Vous avez de la chance dites-moi hein? Je suis plutôt sympa vous l’avouerez non? 😉

Home made vegetarian Okonomiyaki (Japan february 2018)
Home made vegetarian Okonomiyaki (Japan february 2018)

1er mars 2018. Daisuke travaille, je pars donc me balader tranquillement pour découvrir la ville et son quartier historique et fais des courses pour cette fois préparer à mon tour le repas du soir. On passera une deuxième soirée à papoter, manger et jouer de la musique. Et du coup, après ça, t’as plus envie de partir…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

2 mars 2018. Daisuke, sur le chemin du boulot, m’embarque en voiture et me dépose sur une aire d’autoroute, car aujourd’hui je pars en stop en direction de Kobe.

Quand tu décides de revenir parce que c’était bien

Après mon premier séjour à Takehara, j’ai continué ma route vers le nord. Entre temps j’ai retrouvé une autre grande voyageuse, Anita. On a baroudé toutes les deux et un pote à elle nous rejoint, que l’on retrouve à Osaka. On passe quelques jours à Nara et puis les prévisions météo commencent à être vraiment mauvaises. On abandonne l’idée d’aller faire de la randonnée pendant 3 jours dans les montagnes. Mais du coup… Qu’est-ce qu’on fait? Où pourrait-on aller à 3 pour se mettre à l’abri des trombes d’eau qui arrivent?… Parce que le camping c’est sympa mais bon, sous la pluie finalement ça fait moins rêver… Et là, je pense immédiatement à Daisuke… Je lui envoie un message pour lui demander si on ne pourrait pas venir squatter et évidemment, bien sur qu’on est les bienvenus!!

C’est parti pour 330km de stop à 3 de Nara à Takehara. Et ça a marché! On arrive à 2h du matin. Daisuke a laissé la maison ouverte pour nous et s’est même levé à notre arrivée pour nous accueillir avec un grand sourire endormi!

C’est comme être de retour à la maison 🙂

Tout le monde s’entend parfaitement. Je suis contente de faire rencontrer toutes ces personnes devenues si importantes pour moi. Et c’est reparti, on reprend la même recette, bon repas, bières et saké, des bons copains et de la musique. De nouveaux moments magiques et inoubliables.

Je vous la refais en vidéo cette fois pour être sûre que vous avez bien compris 😉 !!

Bon appétit!!

 

1 comments

  • marie YRIS

    Moments déjà lointains pour toi mais que j’ai l’impression de partager aujourd’hui tellement il pleut des cordes en ce moment chez nous!
    bisous

    Reply
  • Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    ABOUT ME

    Loïs : Voyageuse aventurière qui aime danser à ses heures perdues :)

    Se tenir au courant ?

    Entrez votre adresse mail pour recevoir un mail à chaque nouvelle publication.

    Où suis-je??


    Cet itinéraire a été créé à l'aide du site Le planificateur de voyages

    POPULAR POSTS