Préparation de la traversée du Pacifique

D’octobre 2017 au 31 mars 2018 (Et même un peu avant). Après ma traversée de la Russie, arrivée à Vladivostok, ça y est je retrouve la mer et bientôt l’Océan. J’ai du prendre mon premier bateau jusqu’en Corée du Sud puis un second jusqu’au Japon. J’ai du temps devant moi. Ma seule contrainte est que je dois entrer au Canada durant l’été 2018 pour ne pas perdre mon visa. Les recherches pour traverser le Pacifique commencent. Au nord ou au sud? A pédalo, à la nage ou en bateau? Les possibilités sont multiples… Mais sachez que ce n’est pas si simple… (Spoiler) Voici le récit qui m’amènera ensuite à ce voyage extraordinaire de ma traversée du Pacifique en cargo (A lire quand j’aurai rédigé un article dédié, à une date future très approximative… Eh oui vous me connaissez…).

Comment traverser la mare aux canards?

Et voilà ça y est… J’arrive enfin à ce que je considérais depuis le début comme la partie logistiquement la plus compliquée de mon voyage. Traverser le Pacifique sans avion. Eh oui, y’a pas à dire mais une fois que t’as les pieds au Japon, si tu continues plus à l’est encore, bah t’as les pieds dans l’eau…

Qui dit pas d’avion dit donc bateau… On m’a bien proposé d’investir dans un canoë ou un pédalo, de trouver un sous-marin ou de me trouver des chiens de traineau et d’attendre l’hiver et passer par le détroit de Bering, ou tout simplement d’y aller à la nage… Je vais vous avouer que je ne me suis pas vraiment attardée sur ces propositions (Ne soyez pas offensés pour ceux qui se sentent concernés, je vous aime quand même…).

Donc qui dit bateau, dit quand même plusieurs possibilités. Voilier, ferry, cargo, bateau de croisière… Payant ou bateau-stop. Je suis sur tous les fronts. Avec un penchant pour une traversée en bateau-stop en voilier (ou du moins en co-voilier en payant ma part de bouffe et éventuellement quelques dépenses), tentative de stop en cargo (si si certains l’ont fait donc je sais que c’est possible, mais c’est chaud), ou voir voyage en cargo payant (car quand même un cargo!! C’est tentant non?! En tout cas moi ça me fait rêver l’idée d’une traversée en cargo coupée du monde à m’ennuyer mortellement et ce n’est pas ironique).

Et aussi… est-ce que le Japon est le meilleur point de départ pour traversée le Pacifique??? Ce n’est pas si sure. J’ai sérieusement considéré l’idée d’essayer de descendre dans l’hémisphère sud… Un petit détour… Rien que ça! Mais ça serait loin d’être le premier du voyage…

Option voilier

Mode geek : Plateformes Internet

Alors si jamais certains arrivent sur cette page et voudraient quelques conseils et commencer à savoir ou chercher un “ride” sur un yatch ou un voilier voici quelques conseils. Il existe des plateformes pour mettre en contact les propriétaires de voiliers et les potentiels membres d’équipages qui n’ont eux pas de bateau. Professionels ou non, rémunérés, dépenses partagées ou gratuitement en échange d’un coup de pouce sur le bateau, selon les divers niveaux d’expérience (tous les niveaux) et les différentes compétences.

En voici quelques unes :

 

Il y en a surement d’autres mais ce sont ceux que je connais et que j’utilise.

Depuis novembre, je me suis inscrite sur ces plateformes et je commence à scruter les profils des bateaux et les projets de traversée. J’ai quitté la Russie, je suis maintenant en Corée du Sud. Je sais que je peux facilement passer du Japon à la Corée du Sud et vice versa en ferry si besoin. Par contre, impossible de retourner en Russie pour cause de visa. Pour aller en Chine (il y a des ferries depuis la Corée du Sud ou depuis le Japon) ça parait également compromis, il faudrait que je sois dans la possibilité d’obtenir un visa depuis le Japon ce qui ne semble pas être gagné. Bref je vais donc me concentrer sur la recherche de bateaux qui sont donc en Corée du Sud et au Japon. Et résultat des courses… roulement de tambours… Il n’y en a AUCUN!!! Ahah, la grosse blague. Bon oui j’avoue tout le monde s’est barré dans l’hémisphère sud. Les Philippines, Bali, L’Indonésie ça fait quand même plus rêver que les -10°C en janvier au Japon. Là-bas y’en a des tas et des tas de bateaux et de gens qui cherchent des membres d’équipage…

Je me répète que c’est l’hiver, c’est pas la saison. Les gens qui sont inscrits sur la plateforme et qui sont dans la région sont probablement inactifs en cette période et donc on ne voit pas leur profil et ceux qui prévoient de remonter jusqu’au Japon pour faire la traversée ne sont pas encore arrivés jusqu’ici… Je me connecte régulièrement mais la région est déserte… C’est à cette période que j’ai commencé à considérer l’idée de potentiellement faire un détour vers l’Asie du Sud-Est, voire jusqu’en Australie et Nouvelles-Zélande pour envisager une traversée du Sud et non plus du Nord Pacifique…

Mode qui ne tente rien n’a rien : L’Expédition Tara Océans

Ma maman m’a ensuite murmuré l’idée que je pourrais peut-être écrire à l’Expédition de Tara Pacifique… Tara Expéditions qu’est ce que c’est?? C’est une fondation qui “organise des expéditions pour étudier et comprendre l’impact des changements climatiques sur nos océans”. Pour plus d’infos allez voir directement le site internet : Tara Expéditions.

Bref ils ont un voilier scientifique qui se balade en ce moment et depuis 2 ans déjà dans le Pacifique. Il s’avère que cette expédition est en passe de se terminer et que Tara reprend la route de la maison. Son port d’attache étant… Lorient… Chez moi… Mon point exact de départ… Si si je vous promets… Vous n’avez qu’à voir l’itinéraire approximatif prévu dont je vous mets une image plus bas…

Je suis entre la Corée du Sud et le Japon et il est prévu que Tara passe par le Japon en Mai 2018 pour arriver à Monterrey aux Etats-Unis en Juillet 2018. Cela me laisserait donc encore un mois pour remonter la côte ouest des States jusqu’au Canada où je dois entrer avant mi-août pour ne pas perdre mon visa vacances-travail. Autant dire que je ne peux pas demander mieux en terme de dates!! Et puis si je pousse un peu plus loin je mets pied à terre à Monterrey, remonte au Canada, file ensuite jusqu’à Boston en octobre ou pourquoi pas je pourrais embarquer à nouveau et traverser l’océan Atlantique pour terminer ce tour de l’hémisphère nord, par l’est, sans avion, de Lorient à Lorient et dire bonjour à papa et maman. (Bah faut bien rêver un peu quand même!!)

Itinéraire du bateau scientifique de Tara Expéditions "Pacifique"
Itinéraire du bateau scientifique de Tara Expéditions “Pacifique”

Bref, qui ne tente rien n’a rien… Je papote avec ma pote Mag qui trouve l’idée sympa et qui m’aide à trouver les premières adresses mails de contact et qui accepte de relire mon premier mail (Merci Mag tu gères comme toujours).

J’envoie mon premier mail le 2 janvier 2018 (Toujours en Corée du Sud à ce moment là). C’est la fin des vacances de fin d’année. Puis avec l’excitation (ou pas) de la reprise du boulot, je me dis que je ne devrais pas avoir de réponse tout de suite si jamais j’en ai une un jour… Bref je laisse couler l’affaire tranquillement puis le 28 janvier (Cette fois je suis déjà au Japon), surprise dans ma boite mail. Michel T. m’a répondu et a transféré mon mail à l’équipe de la fondation à Paris (Et par la même je récupère donc plein de nouveaux e-mails). Merci mille fois Michel (Si un jour tu me lis).

Je me permets de renvoyer directement un petit mail à toute l’équipe de Paris histoire de leur faire un point sur mon avancée et de montrer que je n’ai pas lâché l’affaire… (On m’a dit une fois que j’étais pugnace… J’ai pris ça pour un compliment… 😀 )

Bref, ne voulant pas spammer tout le monde, de même je laisse le temps à l’équipe de digérer l’idée (ou de lire mon mail car je pense quand même que je suis le dernier de leurs soucis… 😉 ). En parallèle je suis dans les démarches cargo/ferry/bateau de croisière et autres voiliers… On y va sur tous les fronts ou on n’y va pas du tout hein…

2ème moitié de février je commence à entamer de sérieuses discussions d’une traversée en cargo… Il est temps de savoir si le projet Tara restera dans le domaine du rêve ou non. Je n’ai pas nouvelles depuis fin janvier. Je me décide le 20 février à relancer l’équipe avec un nouveau petit mail. Dans les heures qui suivent Romain Troublé, directeur général de la Fondation me répond ceci :

Romain Troublé : “Bonjour L.,

je suis navré de vous dire qu’il n’y aura pas de places sur Tara pour cette traversée. En fait, le bateau est toujours au complet, et ne laisse peu de places pour des demandes comme la vôtre.

Bonne traversée !

Je suis un peu triste… Bah ouais j’y ai cru jusqu’au bout…

Je me permets de lui répondre : “Bonjour,

Merci pour votre retour, je comprends, mais qui ne tente rien n’a rien 🙂

Bonne continuation et surtout bon vent pour Tara !

Et j’ai le droit à un dernier petit message de sa part : “Exactement, vous avez tout à fait raison !

Bonne route

Voilà vous savez tout de l’épisode Tara 😉

Mode culotté : Camper dans les Marinas et Ports de Plaisance

Cela a commencé à Vladivostok. Je retrouve enfin la mer. Je sais qu’il existe un ferry qui une fois par semaine fait “Vladivostok (Russie) -> Donghae (Corée du Sud) -> Sakaiminato (Japon) -> Vladivostok (Russie)”. Mais la Corée du Sud ce n’est pas si loin!! Doit surement y avoir des voileux parmi les russes aussi donc pourquoi pas aller voir du côté de la Marina! J’ai la chance d’avoir des hôtes qui ont un contact plutôt bien placé (Merci Tania et Roman 😀 ).

Je vais donc à la recherche de M. E. … Je déambule dans les alentours de la Marina, et demande au restaurant du Yatch Club s’ils connaissent ce monsieur E. et ils m’indiquent le bâtiment administratif où je devrais le trouver. A l’accueil je me présente et demande si je peux être reçu par M. E., 3 min plus tard je suis assise dans son bureau. Tadaaaaa!!! Je ne lui ai pas vraiment demandé ce qu’il faisait mais en tout cas il a l’air de bosser à la Marina et de connaitre tout le monde…

On papote de mon voyage. Ma question du jour est de savoir s’il y aurait des possibilités de traversée la Mer de l’Est jusqu’en Corée en cette saison. Malheureusement, fin octobre, c’est un peu trop tard. Beaucoup de bateaux ont déjà fait la traversée pour ceux qui vont passer l’hiver là-bas. Et ceux qui sont restés vont être mis à sec. Zut raté. On discute néanmoins de mon projet de traversée du Pacifique en bateau et je récolte déjà quelques précieux conseils et informations générales.

  • Il n’y a pas tant de voiliers qui traversent le nord Pacifique car les vents et courants ne sont pas favorables.
  • Il y a une très courte fenêtre de temps de passage mi-juin à début juillet. Les voiliers remontent le Japon et fond le passage en suivant les îles aléoutiennes jusqu’en Alaska puis vont jusqu’au Canada…
  • La dernière bonne Marina pour le ravitaillement serait celle de la ville de Hakodate à Hokkaido dans l’île nord du Japon.

 

Tout ça pour dire que ça pourrait bien coller dans les dates, mais qu’il ne semble pas quand même que ça soit une solution supra-évidente. D’un, il faut réussir à entrer en contact avec ces bateaux qui prévoient de faire la traversée… Mais où les trouver et quelle est la meilleure période pour se pointer dans les Marinas? De deux, si je trouve ces personnes… Encore faut-il qu’elles recherchent des membres d’équipage…

La traversée de la Mer de l’Est, Russie -> Corée du Sud, se fera donc en ferry (ça a aussi été toute une histoire qu’il faut que je prenne le temps de vous raconter… Un jour… Peut-être… Mais pourtant elle vaut le coup et a failli donner lieu à un détour de plusieurs milliers de km voire dizaines de milliers… Suspens… Mais il vous faudra attendre pour connaitre cette histoire…).

En Corée du Sud, la plus grosse ville maritime, c’est Busan, dans le sud-est. Après un moment de vadrouille, j’y arrive fin novembre. Par une belle et fraîche journée hivernale, début décembre, je décide d’aller me balader et d’aller voir un peu la Marina. Car après tout, plus à l’est que la Corée du Sud… Y’a encore le Japon!!

Je me balade sur les pontons car dans le bâtiment de la Marina il n’y a personne. 2 gars sont en train de changer la grand-voile sur un petit mono-coque. “Mode culotté : Activé”. Je m’approche, et entame la discussion, l’un deux parlent un peu anglais (La chance parce qu’on ne va pas dire mais l’anglais en Corée du Sud c’est pas gagné… On se croirait en France…). Je leur demande s’ils habitent ici et s’ils vont sortir en mer et s’ils ne connaitraient pas des gens qui prévoient de faire la traversée jusqu’au Japon courant Janvier. Ils me disent qu’eux non mais ils appellent Paul… Je ne sais pas qui c’est Paul, mais apparemment il connait tout le monde… Et ils me passent Paul au téléphone directement. Paul me dit que d’après le planning qu’il a sous les yeux, personne n’a prévu de partir dans les prochaines semaines. C’est l’hiver donc, encore une fois ce n’est pas trop la saison. Je lui dis que je ne suis pas pressée!! Après tout je compte rester visiter la Corée jusque mi-janvier/fin janvier. Il me dit donc qu’il me tiendra au courant et que de son côté il doit livrer un bateau au Japon le 1er ou le 2 janvier!!! Bon… j’ai refusé la proposition… Car c’est un peu tôt et parce qu’en plus à cette période j’aurai encore la visite d’Alex, un pote qui vient me rejoindre pour une dizaine de jours. Mais néanmoins, nous avons échangé nos contacts et il me dit qu’il me préviendra si jamais des gens prévoient la traversée. Et pour ma traversée du Pacifique il me dit aussi d’aller faire un tour dans la Marina d’Osaka au Japon qui serait apparemment l’une des plus grandes du Japon et ou surement plus d’un voilier fera une halte avant d’entamer la traversée.

Début janvier, je recontacte Paul, sans succès. Finalement la traversée se fera en ferry le 17 janvier 2018, sur un étrange bateau volant 😉 .

Après cela, une fois au Japon, j’ai le temps, j’ai un visa d’un an. Je sais que l’on est toujours hors saison que ça ne sert donc pas à grand chose de me ruer vers Osaka ou Hokkaido. Donc dans l’immédiat, vu que je suis arrivée au Sud du Japon je vais tranquillement commencer mon périple nippon par le Kyushu et même pousser jusqu’à Okinawa (toujours en ferry), avant de remonter tranquillement vers le nord.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Option croisière

Alors alors… Ca va pas être bien long hein ce paragraphe. Y’a pas grand chose d’amusant à raconter. Mais bon faut considérer toutes les options possibles, car si j’ai bien appris quelque chose pendant ce voyage c’est qu’on ne sait jamais sur quoi on peut tomber! Et des fois de grandes opportunités et de belles expériences et découvertes nous arrivent lorsqu’on s’y attend le moins. Bon ça n’a pas été le cas ici… Ahah 🙂

J’ai fait des recherches internet et suis entrée en contact mails avec plusieurs organismes de croisières. J’ai trouvé 2 lignes qui partent de Tokyo et qui vont jusqu’en Alaska ou Canada… Les prix sont ce que l’on peut imaginer pour des bateaux de croisière pour des voyage de 15-20 jours… Et puis ce sont des cabines de 2 personnes donc soit tu trouves un pote pour diviser le prix soit tu paies pour 2…

Comme les 2 lignes partent de Tokyo, font quelques ports au Japon en descendant vers le Sud, passent pas Busan, puis s’arrêtent à Hokkaido (Japon à nouveau) avant de traverser le Pacifique, j’ai essayé de savoir s’il était possible d’embarquer plus tard à Hokkaido, pour écourter le voyage et de payer proportionnellement moins cher… J’ai tenté… Mais… Non… Peu importe quand tu embarques tu paies la totalité de la croisière.

Bref… Dans tous les cas je sais que j’ai la possibilité de traverser en bateau de croisière même si ce n’est pas ma solution idéale et que ce ne soit pas vraiment ce qui me fasse rêver… Le départ est prévu pour fin avril. J’ai le temps de voir venir.

Option cargo

Pour sure, là, ça me fait plus rêver que le bateau de croisière… Je savais qu’il était possible de monter sur des cargos en tant que passager. Je me souviens il y a des années de cela, en trainant dans une librairie un jour, j’étais tombée sur un livre intitulé “Partir en cargo”. Je suis restée bloquée devant ce guide et je suis finalement ressortie de la librairie avec… J’ai lu ce guide il y a longtemps. Il est toujours dans ma bibliothèque quelque part je pense. Bref… Depuis que j’ai vu ce bouquin, cette idée de monter sur un jour cargo à l’occasion d’un quelconque voyage n’a jamais vraiment quitté mon esprit.

Quand j’ai pris la décision d’entamer ce voyage pour le Canada, avant même d’avoir décidé de partir vers l’est, je m’étais dit que je pourrais pourquoi pas tenter de traverser l’Atlantique en cargo. Finalement, mon projet a pris un peu d’envergure, et si ce n’est pas l’Atlantique… Pourquoi pas le Pacifique?

Cargo-stop

Alors, je vous arrête tout de suite. Ceux qui pensent qu’il est encore possible d’obtenir un passage sur un cargo contre donner un coup de main ou travailler avec l’équipage… Non non, ça n’existe plus et cela depuis des années. Aujourd’hui pour travailler sur un cargo il faut plusieurs années de formations, certifications, diplômes… Donc ne vous attardez pas là-dessus…

En ce qui concerne le stop. Alors là, c’est autre chose. C’est possible, certains l’ont fait (très peu hein...) et ils existent quelques témoignages sur internet, je pense notamment à :

  • Thor qui est en route depuis 2013 et tente d’aller dans TOUS les pays du monde, sans avion… (Vous avez compris que mon petit France-Canada, par l’est, sans prendre d’avion… C’est pour les débutants à côté hein…). Son site internet : Once Upon A Saga.
  • Niall Doherty qui a aussi passé presque 4 ans à voyager à travers le monde sans avion… Son site à lui est ici : Disrupting the Rabblement by N Doherty.

 

Ces deux gars là, je ne les connaissais pas avant de partir en voyage. J’ai en fait découvert leurs blogs et projets en recherchant des infos sur les voyages en cargo bien après mon départ. Bref en fouillant sur leur blog vous pourrez trouver des conseils pour faire du stop en cargo.

Les conseils principaux sont :

  • Parler avec le capitaine du navire ne sert à rien! Il faut trouver le propriétaire du bateau… Et ensuite le convaincre par n’importe quel moyen de vous laissez monter gratos sur l’un de ses bateaux (en général il n’en a pas qu’un seul)
  • Ne pas avoir trop d’exigences en terme de point de départ et de destination… ou simplement de temps…
  • Surtout s’y prendre tôt!

 

Pour ma part, je n’ai pas réussi… Rien que de trouver les bons contacts c’est très compliqué…

Etre passager sur un cargo

Faut penser que j’étais sur tous les fronts en même temps (voilier, bateau-stop, cargo-stop, croisière, pédalo…). Début janvier j’ai littéralement spammé une compagnie de cargo. J’ai trouvé leur site internet et choppé toutes les adresses mails de la partie Asie et Amérique… Certains de mes mails m’ont été retournés, d’autres sont arrivés et l’on m’a redirigé vers la section “voyage”. J’ai donc commencé à discuter des différentes lignes qui pouvaient potentiellement m’amener à traverser le Pacifique.

L’ascenseur émotionnel vous connaissez?! : La descente.

L’une des lignes proposées fait régulièrement la traversée entre Yokohama (Japon) et Ensenada (Mexique) en 12-13 jours. Le cargo idéal dans mon cas!! Je lance donc une demande pour connaitre la procédure pour prendre ce cargo, savoir les dates de départ… Pas de bol quelques jours plus tard on m’annonce que la ligne est en stand-by suite à un problème technique et que le bateau actuel a été remplacé par un autre qui lui ne peut pas prendre de passagers…

La nasse géographique et administrative : trouver la brèche

On ne se laisse pas abattre, car comme je le disais, il y a d’autres lignes de cargo qui traversent le Pacifique. Et comme je m’y attendais Busan (Corée du Sud) étant le plus gros port du pays, il y a donc plusieurs cargo qui passent aussi par là… Sauf que… Surprise!! Depuis pas longtemps, en temps que passager il est possible de débarquer à Busan… Mais il n’est plus possible d’embarquer… Ahah la blague…

Avec ça je commence à me dire sérieusement que partir du Japon ou de la Corée du Sud va être compromis. Et c’est à ce moment là que j’ai découvert qu’administrativement et logistiquement, je me retrouvais dans une sorte de nasse, bloquée entre la Corée du Sud et le Japon… Je m’explique.

Comme je vous l’ai dit, passer de la Corée du Sud au Japon, aucun problème. Pas besoin de visa et des tonnes de ferrys. En revanche je ne peux pas retourner en Russie, car je n’ai plus de visa et je peux pas en obtenir un à part depuis la France. Il y a plein de ferrys pour la Chine, mais je ne peux pas non plus aller en Chine, car je n’ai pas de visa et je ne suis pas sure de pouvoir en obtenir non plus.

Je me dis qu’il doit bien y avoir des ferrys allant si ce n’est de la Corée du Sud au moins du Japon, jusque Taïwan? Sachant qu’Okinawa est à mi-chemin entre Kyushu et Taïwan… qu’il y a un ferry qui met 1 jour depuis Kagoshima (Kyushu) à Naha (Okinawa). Il doit surement exister un ferry d’une journée entre Okinawa et Taipei (Taïwan)?… Bah oui il y en avait un fut un temps… Sauf que ça fait plusieurs années que la ligne n’existe plus.

Un ferry pour Hong-Kong peut-être?? Non?? Ok… On oublie, je n’ai rien dit, ne vous énervez pas!! 😉

Vous l’avez compris, sans un visa chinois, je me retrouve officiellement bloquée entre la Corée du Sud et le Japon… Et pour tous les voyageurs qui passent par l’Asie et qui font un détour par la Chine… Vous savez généralement tous qu’obtenir un visa chinois déjà depuis la France c’est chiant… Mais alors depuis un pays étranger… C’est encore plus relou voire souvent impossible.

2 options s’offrent à moi, mais dans tous les cas elles requièrent l’obtention de laisser-passer pour la Chine… :

  • Prendre un cargo ayant un départ depuis la Chine et donc aller en Chine via ferry
  • Prendre un ferry pour la Chine, traverser le pays vers le Sud jusqu’au Vietnam et de là se dépatouiller pour aller jusque Singapour où là aussi il y a pas mal de cargos.

 

Je commence à me renseigner sur les types de visas nécessaires pour prendre un cargo depuis la Chine… Car en plus ce n’est évidemment pas le même que le visa classique apparemment… Je me renseigne sur savoir s’il est possible d’obtenir un visa chinois depuis le Japon. Je découvre qu’il est effectivement possible de faire cela sous réserve d’être “résident” au Japon. Et là tadaaaaa!!!! Merci merci moi-même d’avoir passer du temps avant le départ pour obtenir un Visa-Vacances Travail pour le Japon et de ne pas m’être pointée au Japon en mode simple touriste. Car grâce à ce visa je suis une résidente officielle du Japon!! J’ai une vraie “Resident Card” qui est l’équivalent de ma carte d’identité japonaise. J’ai une adresse officiellement au Japon. Et c’est ce graal qui va me permettre potentiellement d’obtenir un visa chinois.

Entre temps, j’ai aussi découvert un nouveau truc… En tant que français, nous n’avons pas besoin de visa pour entrer aux Etats-Unis. Un simple ESTA (formulaire) à remplir sur internet suffit… SAUF si vous souhaitez entrer aux USA par la mer… Dans ce cas là il faut un visa… (Non mais sérieux…!!!).

On est en janvier. Je viens d’entrer au Japon. Et je vois déjà mon séjour au Japon se transformer en heures de file d’attente, en interview avec l’immigration, en remplissage de documents… Heureusement j’ai un peu de temps devant moi!!

Il fait froid au Japon en hiver. Je me les pèle… Je décide de partir prendre des vacances à Okinawa où il fait plus chaud. A mon retour sur l’ile principale j’entamerai alors toutes les démarches administratives nécessaires. Mais là c’est trop pour ma petite tête…

Ascenseur émotionnel 2ème épisode : la remontée.

En février, je passe donc 2 semaines à Okinawa. Pendant mon séjour là-bas, un mois après mes échanges avec la compagnie de cargo, je leur renvoie un petit mail quand même, pour prendre des renseignements sur les dates de départ des autres lignes qui m’intéressent. Et en introduction je demande quand même des nouvelles de la fameuse ligne “Yokohama (Japon) – Ensenada (Mexique)” avec le cargo CC Tigris… Sait-on jamais…

2 jours plus tard, la réponse est là. Le CC Tigris est de nouveau en fonction… Et le prochain départ est prévu pour le 28 mars!!

Autant vous dire que j’ai sauté de joie!! Plus d’histoire de visas chinois ou américain, plus de détour de milliers de km… Juste un peu plus de temps pour enclencher les démarches administratives pour réserver et monter sur le cargo et visiter un peu le Japon tranquillement avant le départ.

Voyage = Paperasse : Réserver un passage en cargo

Ce qu’il faut savoir sur un voyage en cargo en tant que passager :

  • Ça coûte cher! C’est un investissement c’est sure. Mais c’est une sacré expérience (Enfin moi j’ai adoré). Le prix? Entre 110-120€ par jour de traversée! Oui oui vous avez bien lu. Donc vous avez plutôt intérêt à être sure de vous. Pourquoi ça coûte si cher? Alors d’abord vous êtes nourri/logé/blanchi. C’est du all-inclusive. Une cabine perso et 3 repas par jour. Mais ce n’est pas ça qui coute cher. En fait le prix se justifie par l’assurance que prend la compagnie pour transporter des passagers (qui n’est pas la même que celle que vous devez aussi avoir vous-même pour pouvoir embarquer évidemment). En effet, il n’y a pas de médecin à bord et donc pour n’importe quelle raison que ce soit, parce que vous êtes malade ou que vous avez un accident à bord, si le cargo doit être détourné de sa route c’est environ 1 million d’euros par jour de perdus si mes souvenir sont bons.
  • Rien n’est fixe! Que ce soit en terme de durée de traversée, de date de départ, de date d’arrivée, de conditions météorologiques…
  • Vous pouvez plus facilement avoir le mal de mer car il n’y a pas de stabilisateurs comme sur les bateaux de croisière ou les ferrys
  • Vous êtes globalement libre d’aller où vous voulez sur le bateau (cela dépend du capitaine et de l’équipage bien sûr). Vous pourrez sûrement passer du temps sur le pont, visiter les salles des machines, papoter avec tous les membres d’équipage.
  • Internet et téléphone? Vaut mieux ne pas être accro à internet ou au téléphone… Vous allez littéralement être coupé du monde pendant la traversée. Sur la compagnie où j’étais j’avais la possibilité de demander la création d’une adresse mail qui me permettait d’envoyer ou de recevoir des nouvelles si je le voulais (juste du texte pas de photos et encore moins des vidéos). J’ai pris le parti de ne pas le faire. Être coupée du monde fait justement parti de l’expérience. Et si vraiment t’es riche et que tu ne peux pas de passer de ta dose, tu peux payer pour avoir un accès à internet mais vu que cela passe par satellite… Ça coute extrêmement cher pour pas grand chose.
  • Du coup en terme d’occupation, prévois large en terme de bouquins… J’avais aussi pris de quoi dessiner. Mais au final je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer en vrai même si j’ai quand même lu 4 livres en 12 jours. Souvent il y a une salle de gym sur le bateau pour l’équipage, que les passagers peuvent aussi utiliser, certains cargo ont une piscine, dans mon cas il y avait une salle de basket avec un panier, un filet de volet et une table de ping-pong. Il y a aussi souvent une salle “commune” avec café/thé…

 

Pour la paperasse… Il faut s’y prendre en avance également car il vous faudra notamment passer une visite médicale par exemple. Mais après à part signer des documents de décharges et des formulaires, c’est loin d’être insurmontable!

Et voilà!! Avec tout cela, j’ai donc pu embarquer le 31 mars 2018 sur le CC Tigris à Yokohama pour 12 jours de traversée du Pacifique…

Comment ça c’est passé? Je vous raconterai cela dans un autre article… Un peu plus tard… 😉

1 comments

  • Mimi

    Oh, tout ça pour pas même que tu nous raconte la traversée et que tu mette un petit panoramique à 360° de l’océan sans aucune côte à perte de vue…
    en tout cas félicitations d’avoir réussi !
    Bisous

    Reply
  • Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    ABOUT ME

    Loïs : Voyageuse aventurière qui aime danser à ses heures perdues :)

    Se tenir au courant ?

    Entrez votre adresse mail pour recevoir un mail à chaque nouvelle publication.

    Où suis-je??


    Cet itinéraire a été créé à l'aide du site Le planificateur de voyages

    POPULAR POSTS