Eco-village à Dubovoy : séjour rural dans les plaines de l’Oblast de Rostov

Du 18 au 30 juillet 2017. Après une arrivée en Russie déjà pleines de surprises entre le passage de frontière depuis la Géorgie et ma soirée avec les Rockers de Mineralnye Vody, j’ai repris le train (de nuit cette fois) jusque Rostov-sur-le-Don, puis un bus pour aller me perdre dans le tout petit village de Dubovoy dans l’Oblast de Rostov. J’ai passé 2 semaines (au lieu d’1 semaine initialement prévue) entre jardinage, cuisine, un peu de bricolage mais pas seulement! J’y ai surtout rencontré des gens extraordinaires, Sergey, Sofya, Lisa et Arina qui m’ont accueillie ainsi que les autres membres de ce petit éco-village russe avec qui j’ai passé beaucoup de temps à discuter, chanter, tisser ou danser.

(This post is also available in english : “Eco-village of Dubovoy : Rural stay in the plains of the Rostov Oblast)

De Mineralnye Vody à Dubovoy

Mes 2 nuits à Mineralnye Vody m’ont permis de me donner le temps de me retourner et de planifier (un tout petit peu… faut pas abuser quand même) la suite de mon voyage (Eh oui comme je le disais dans un article précédent… Je suis un peu arrivée en Russie les mains dans les poches quoi…). Après mes expériences intéressantes de wwoofing en Roumanie (volontariat en échange du logis et du couvert dans des fermes bio), je me suis dis que de tenter le coup en Russie serait le meilleur moyen de m’immerger un peu dans la culture de cet immense pays. Après m’être inscrite sur le réseau et avoir envoyé quelques mails aux différents hôtes présents en Russie, j’ai eu la bonne surprise de recevoir très rapidement une réponse positive d’une famille prête à m’accueillir presque immédiatement. Ils habitent à Dubovoy, un tout petit petit village situé dans l’Oblast de Rostov.

Mineralnye Vody (July 2017)
Mineralnye Vody (July 2017)

Je vais à la gare acheter mon billet de train. Je choisis un train de nuit départ à 23h. En fin d’après-midi je quitte l’auberge avec mon sac sur le dos et je pars en direction de la gare. C’est parti pour une nuit dans le train. Comme d’habitude lorsque je monte dans le train les gens me regardent comme si j’étais une extra-terrestre et sourient en voyant la taille de mon sac à dos et le fait que je passe à peine dans l’étroit couloir de la 3ème classe. La nuit dans le train a été plutôt confortable, j’ai beaucoup aimé à vrai dire. Le train est vraiment un moyen de transport que j’apprécie beaucoup surtout les trains couchettes!!

Au petit matin, j’arrive à Rostov-sur-le-Don. Je n’ai pas le temps de visiter, il faut que je me débrouille pour aller jusqu’à la gare routière car le trajet n’est pas terminé, il me faut prendre un bus pour aller me perdre dans la campagne russe.

J’arrive sans trop de soucis à prendre mon billet (peu de monde parle anglais mais je commence à regrouper une petite liste de mots de vocabulaire utiles). Le bus part dans une trentaine de minutes, le temps de me trouver de quoi manger un morceau avant de partir pour encore 2h de transport. A ma montée dans le bus, je réussis même à demander au chauffeur de me prévenir quand on arrive à Dubovoy (le tout en russe oui oui oui!!).

On quitte la ville et au fur et à mesure je découvre les plaines de la région qui s’ouvrent devant moi et que je vois défiler tranquillement par la fenêtre dans le soleil matinale. On ne croise pas beaucoup de véhicules sur la route qui est constellée de trous à éviter et parfois même de zones où les travaux de rénovation semblent avoir été abandonnés en plein milieu…

Puis à un moment donné le bus s’arrête et le chauffeur me fait signe de descendre. Je suis arrivée… Où? Il semble que je me retrouve au milieu de nulle part. Le bus s’en va. Je fais un tour sur moi-même et je n’aperçoit que des champs à perte de vue d’un côté et un paysage de collines mordorés de l’autre. Sergey, qui doit venir me chercher ici n’est pas encore arrivé. Cela me laisse le temps d’apprécier ce bout de campagne russe. Je prends conscience pour la première fois de l’immensité de ce pays.

Rencontre avec ma famille d’accueil

Après quelques minutes, j’aperçois une petite voiture vert pomme qui se dirige vers moi en provenance de la petite route en face. C’est Sergey. On charge mes sacs, je monte en voiture et on repart de là où il vient. Il y a des gens comme ça qui vous font vous sentir à l’aise et qui émane le bonheur. Sergey est l’une de ces personnes. En moins de 5 min de conversation en voiture, il me fait vraiment sentir la bienvenue et commence à me parler du village, de sa famille et de la communauté. On arrive et il me présente au reste de la famille, Sofya sa femme, Arina et Lisa ses deux filles. Ils me montrent ma chambre, me laissent poser mes affaires et m’installer.

La journée d’été ensoleillée se déroule entre aller chercher de l’eau, cuisiner et déjeuner, faire le tour de la maison et du jardin, me présenter les chats, Marfa, Mars et Dima, et les chiens, Cory et Lord, dire bonjour aux poules, aller se baigner dans la rivière (dure la vie).

Après plusieurs années passées à Chypre, ils se sont décidé à revenir vivre en Russie, mais cette fois, plus question de vivre en ville. Une prise de conscience qui les a amenés à s’installer à Dubovoy dans ce petit éco-village où les habitants forment une communauté soudée et essaient de vivre simplement, de manière la plus écologique possible, d’atteindre l’autonomie alimentaire, d’utiliser les principes de permaculture pour cultiver les jardins et construire les habitations (pour la plupart donc qui sont construites avec des matériaux locaux).

La vie à Dubovoy

La vie du village s’organise autour d’un espace commun avec diverses activités et des évènements qui s’étalent tout au long de l’année. J’ai eu la chance de pouvoir intégrer pendant 15 jours cette extraordinaire communauté et de rencontrer en plus de la famille, des gens vraiment extras.

On se lève assez tôt le matin pour profiter des températures les plus clémentes pour travailler au jardin ou sur la maison, car après le déjeuner cela devient particulièrement compliqué à cause de la chaleur. Puis souvent je cuisine avec Sofya pour les différents repas. Chacun vaque ensuite à ses occupations, bricolage, baignade, j’en profite aussi pour pratiquer le ukulélé et diverses activités manuelles. On passe beaucoup de temps à discuter.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les habitants se retrouvent au moins une fois par semaine à la maison commune pour discuter de l’organisation de la vie de la communauté et des divers évènements et activités. C’est pour moi l’occasion de rencontrer au fur et à mesure les autres habitants du village et de visiter plusieurs autres maisons et jardins.

J’apprends que je vais avoir la chance de pouvoir participer à une fête en l’honneur de la “Terre”. Tout un groupe de femmes du village comprenant Sofya avait décidé de préparer une chorégraphie, et la bonne surprise est que j’ai pu être intégrée au groupe et danser avec elles. La journée avait démarré sous un orage et des trombes d’eau. Puis finalement quand le ciel a eu fini de pleurer, on a alors pu sortir et l’après-midi a alors été ponctué de danses, de jeux, de chants et d’un bon repas collectif et participatif avec une soirée autour d’un feu de camps à jouer de la musique et à chanter.

J’ai apporté avec moi depuis la France, de la laine pour pouvoir tisser des galons médiévaux à mes heures perdues (j’avoue qu’au final je n’en ai pas beaucoup des heures perdues…). Sur le chemin je me suis créer mes propres cartes de tissage. Lorsque je l’ai sorti, Sofya m’a dit alors que Marina une voisine faisait aussi du tissage dans ce genre là et j’ai eu la chance de pouvoir apprendre de nouvelles techniques lors de cours improvisés.

A mon tour, lorsqu’elles ont su que je faisais de l’ATS (American Tribal Style), elles ont été tout de suite séduites par le concept de ce genre de danse d’improvisation collective et ont alors pu organiser quelques sessions pour que je puisse leur faire découvrir les bases.

Pour ainsi dire, mon séjour à Dubovoy a été inspirant, plein d’émotions, de rires, de moments chaleureux et joyeux, de découvertes et d’échanges. Et le moment de partir et de reprendre la route a été un aurevoir un peu difficile, car j’ai encore une fois rencontrer des personnes qui m’ont accueillie à bras ouverts dans leur petit monde et que je considère aujourd’hui comme des amis chers que j’espère revoir un jour.

Vidéo time !!!! 🙂 🙂 🙂

 

 

 

3 comments

  • Magali

    Génial ! La vie a l’air simple et douce dans ce petit bout de monde 😀

    Reply
  • Catherine CADIN

    Je suis ravie d’avoir de tes nouvelles… Je me demandais si tu étais toujours en Russie… Merci pour ce joli témoignage, les photos et la vidéo 😉

    Reply
    • Lois

      Bonjour Catherine,

      En vrai je ne suis plus en Russie depuis 2 mois 😀
      Je suis en Corée du Sud! J’ai du quitté la Russie fin octobre car mon visa se terminait là.
      Je suis juste très en retard sur les publications!!

      Reply
  • Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    ABOUT ME

    Loïs : Voyageuse aventurière qui aime danser à ses heures perdues :)

    Se tenir au courant ?

    Entrez votre adresse mail pour recevoir un mail à chaque nouvelle publication.

    Où suis-je??


    Cet itinéraire a été créé à l'aide du site Le planificateur de voyages

    POPULAR POSTS