Fast & Furious en Lada : Moscou – Saint-Petersbourg en autostop

Lundi 31 Juillet 2017. Après quelques jours à Moscou, je mets le cap vers Saint-Pétersbourg. Ce n’est pas très à l’est… Mais en même temps je n’ai jamais été aussi près! Alors je ne voulais pas passer à côté. Ma décision est prise je vais tenter l’autostop en Russie pour la première fois. 650km, sur une route toute droite et beaucoup de voitures, ça devrait le faire!!!… Ou pas… Arrivée à 1h du matin…

Se faire virer d’un spot d’autostop pour la 1ère fois

Réveil tôt, je fais mon sac et je décolle vers 8h30 de chez mes hôtes. Il m’a fallu 1h30 de transport en métro et bus… pour arriver jusqu’à destination, en périphérie de Moscou, sur la route de Saint-Pétersbourg. En passant en bus j’ai repéré une station essence. Ça me semble une bonne idée d’aller jeter un oeil et de commencer par là, histoire comme toujours de pouvoir papoter avec de potentiels conducteurs :). Du coup je marche jusque là. Arrivée à la station, je vois que les employés me regardent un peu d’un air bizarre… Du coup je me dis que je vais juste rester à la sortie de la station… tant pis pour la discussion avec les chauffeurs…

J’ai mon beau panneau écrit en cyrillique et je sors mon plus beau sourire. Ça n’a pas l’air de faire fureur… Puis apparemment au bout de 30min… Les employés ont du en avoir marre de voir ma tête car finalement un monsieur de la sécurité tout de noir vêtu et avec une menaçante matraque à la ceinture est venu me demander de dégager et d’aller ailleurs…

Tadada!!! Autant dire que je n’ai pas résisté hein… Je suis partie…

Record d’attente : la timidité n’est pas une qualité en autostop

Bon, mon premier spot est foutu… Qu’est que je vais faire maintenant… Mon cerveau est en ébullition. Je sais que le long de la route il y a plusieurs spots qui ont été référencés par d’autres autostoppeurs. Juste à la sortie de la station essence au nord, il y a une “sortie” (comme une sortie d’autoroute) et là, à l’aller, j’ai vu plusieurs voitures et camions s’arrêter directement sur cette bretelle pour aller acheter à manger au Mac-Do… Du coup je me dis que si les gens sont capables de s’arrêter ici pour un Big-Mac, ils devraient aussi être en capacité de s’arrêter pour prendre un autostoppeur hein?! Je pose mon sac sur l’herbe à côté et je reprends mon grand panneau et mon sourire… Bien qu’incertaine…

Je ne sens pas vraiment le bon plan… Mais je me décide à tester quand même… Finalement au bout de 20-30min je laisse tomber… Les voitures vont assez vite et sur cette route à 3 voies, je pense que les voitures qui m’intéressent ne sont pas celles de la voie de droite. Du coup je remets mon sac et je décide d’avancer plus loin vers un arrêt de bus. Il me faut 10 grosses minutes pour y arriver et en chemin je croise un gars à pied qui me conforte dans mon choix.

La zone d’arrêt de bus est grande, je me place à l’avant mais sans tout de même aller jusqu’au bout car encore une fois les voitures vont assez vite. La timidité ne paie pas en autostop… idem 30min plus tard je me dis que la journée va être longue… Il est 11h30 passé… Je prends mon courage à 2 mains et je m’avance jusqu’à la pointe de la zone d’arrêt de bus quasi sur la route. Là je n’ai pas de doutes, les voitures peuvent me voir de plus loin et si personne ne s’arrête alors là je ne sais plus quoi faire.

Il n’aura pas fallu plus de 3 min pour qu’une première voiture s’arrête. Je cours vers elle et le gars ouvre la fenêtre. Lorsque je dis que je ne parle pas russe… Finalement il me fait signe de laisser tomber et il se casse… Ok… Bon… mais mon moral est remonté! Je me replace et rebelote, quelques minutes plus tard une 2nde voiture s’arrête…Je comprends bien maintenant que ma timidité m’a coutée cher!

Quand ce sont les flics qui te prennent en autostop

Ca ne sera pas mon meilleur trajet en stop… Finalement ce premier chauffeur voulait que je paie… Quand il a compris que je faisais du vrai stop… Il m’a déposée quelques km plus loin à un autre arrêt de bus en me disant que finalement il habitait juste à côté… Voyons le côté positif des choses, il m’a fait sortir de Moscou et m’a déposée à un arrêt de bus pas loin d’un feu rouge du coup les voitures ne roulent pas vite ici.

Résultat? Un gros 4×4 s’arrête. Sur le siège arrière ou je pose mon sac, un uniforme. Le conducteur est un flic en route pour son service. Je vais faire 15-20 bornes de plus. Encore une fois c’est toujours ça de gagner et plus je m’éloigne de Moscou, plus j’écume les locaux qui auront eux déjà quittés la route de Saint-Pétersbourg. J’apprends que lorsque tu es dans la police en Russie tu n’as pas le droit de quitter le pays. Même pour des vacances!!! Le gars est un ancien voyageur, il a pas mal bourlingué. Maintenant il se contente de visiter la Russie avec sa famille et parfois sa famille part sans lui en vacances à l’étranger. Heureusement quand même que la Russie est un grand pays!

Bref, nouvel arrêt de bus, de nouveau quelques minutes d’attente avant que quelqu’un s’arrête. Jackpot, le gars, un papa arménien en vieille Lada couleur bordeaux file direct à Saint-Pétersbourg! Powaaa!! C’te classe :). Ça devrait être un voyage plutôt pépère quoi… ou pas… (va vraiment falloir arrêter les préjugés là)

Autostop en Lada en Russie
Le bolide

Fast and Furious mode “on”

Bon au début, tout allait bien, étant coincés dans les bouchons dans les villes proches de Moscou j’ai pas senti venir tout de suite le truc… Enfin vous savez l’histoire de la grenouille dans l’eau bouillante là… C’est un peu ça. Je sentais que le conducteur trépignait un peu mais sans plus. On s’est occupé à essayer de communiquer en russe. Mon niveau s’est grandement amélioré depuis 15 jours que je suis arrivée en Russie mais ça reste compliqué parfois… Du coup c’est assez folklorique! Mais ça occupe. Puis je découvre que le papa arménien aime pousser la chansonnette alors j’ai le droit à un concert de différentes chansons de son pays. Je sors également mon ukulélé mais disons qu’il préfère s’entendre chanter lui-même et n’a pas l’air sensible à mon style… (On peut aussi appeler ça un flop oui oui!) Alors je n’insiste pas et je l’écoute sagement.

Pour vous mettre dans le bain, la route entre Moscou et Saint-Pétersbourg est quasi tout du long en 2 fois 1 voie avec au milieu un espace pour doubler alternativement pour nous ou pour les voitures venant d’en face…

On finit par sortir des bouchons…. Le moteur de la Lada qui ronronnait au début commence à s’échauffer… Je sens que le conducteur aussi… Son pied droit commence un incessant pas de danse entre l’accélérateur et le frein. Et mes nerfs commencent également à se réveiller.

Je découvre la conduite en Russie. Fast and Furious mode “on”… C’est parti pour un loooong périple pendant lequel j’ai plusieurs fois cru qu’on allait finir dans le cul des voitures de devant ou dans le nez de celles d’en face.

Je vous explique le principe. Vous allez voir c’est très simple. Vous appuyez sur l’accélérateur à fond. Quand vous collez au cul de celui de devant vous jeter un très rapide coup d’œil aux voitures d’en face. Quand, en tant que conducteur “normal”, vous pensez que vous n’avez pas le temps de doubler, bah le russe lui il a le temps de doubler 3 camions…

On fait une pause au bout de 2h. Le chauffeur à besoin de son injection d’insuline… Je me suis sérieusement demandé s’il ne s’était pas trompé et s’il ne voulait pas dire adrénaline.

Bref en repartant, il me raconte que dans les lignes droites il peut monter à 150 km/h!!! Ca me rassure pour l’instant on n’a réussi à monter qu’à 120… et vu le bruit qu’elle fait la Lada à 120… Le 150 c’est juste du bluff je pense. 1h plus tard, on s’arrête à nouveau dans une station essence. Il fait le plein et je sens que quelque chose le turlupine. On se gare sur le côté et là il ouvre le capot… Il farfouille dans le moteur puis il sort une durite vaguement neuve en coupe un morceau et change la durite d’alimentation d’essence mode maison.

Nous voilà reparti… Et là il est tout content, le moteur fait un son qui lui plait bien mieux (et qui accessoirement me plait beaucoup moins) quand il appuie sur l’accélérateur… Et oui il y avait surement une fuite parce que maintenant le 140 est la norme… Et moi je suis de plus en plus désespérée.

Bizarrement moi qui ait tendance à m’endormir en voiture, ce coup-ci j’étais bien réveillée jusqu’à l’arrivée.

Les règles de conduite en Russie

Voici ce que j’ai appris des règles de conduite en Russie :

  • S’il n’y a pas de flics… bah en fait il n’y a pas de règles.

 

C’est aussi simple que ça!!

Ah oui en fait j’ai aussi découvert que les 2 x 1 voie sont en fait des 2 x 2 voies déguisées… Bah oui la bande d’arrêt d’urgence… Je l’avais oublié celle-là dis donc!!! Non mais en fait elle compte aussi!! Parce que s’il n’y a pas de place pour doubler à gauche… Bah on double à droite pardi!!

Rouler la BAU
Rouler sur la bande d’arrêt d’urgence

Autrement il y a tout de même une langue de communication spéciale entre les conducteurs. Le papa arménien a utilisé plus de fois les warnings, le klaxons et les appels de phares en 600 bornes que moi en 15 ans de conduite!

Ah et aussi quand on double et que des fois il n’y a pas de voies exprès pour doubler au centre… et qu’on est limite en temps pour doubler (parce que quand même y’a des voitures qui arrivent en face)… Et bien ce sont aux voitures d’en face de se coller le plus au bord de la route possible pour nous laisser finir de doubler.

Voilà voilà! Vous savez tout ce qu’il y à savoir. Je vous laisse passer à la pratique.

 

Petit edit :

Comme on me l’a fait remarqué je n’ai pas dit comment l’histoire se termine… L’après-midi a été longue, très longue… Beaucoup de trafic globalement sur cette route très empruntée. Après avoir dépassé Véliky Novgorod nous nous sommes retrouvés dans un bouchon énorme. A l’arrêt total les gens sortaient de leur véhicule pour papoter. Du coup avec 2 autres conducteurs nous avons rebroussé chemin jusqu’à Véliky Novgorod (soit 40km en arrière) pour prendre une autre route… les 2 autres conducteurs avaient le pied aussi leste que le papa arménien… Nous sommes arrivés à destination vers 1h du matin. Il n’y avait plus de métros donc mon conducteur m’a gentiment déposée au pied de l’immeuble de mon hôte. Je ne vais pas me plaindre non plus!

Une journée de stop de 15h. C’est pas banal. Mais je suis arrivée à bon port sans une égratignure 😉

 

 

 

 

7 comments

  • Mag

    Ah ah, tu as oublié la mention “attention, à ne surtout pas reproduire chez vous ” ☺. Heureusement tout est bien qui finit bien. D’ailleurs l’histoire ne dit pas si tu es bien arrivée à St Petersburg… Bisous !!

    Reply
    • Cheni baboua

      Si vous voulez mourir facilement roulez en Russie

      Les routes sont très dangereuses les excès de vitesse fréquents le taux d accident 10 fois supérieur à la France

      Mais c est encore pire en Georgie les piétons sont assimilés à des cafards et c est bien connu …les cafards c est fait pour être écrasés

      Reply
      • Lois

        Je confirme que la conduite est bien pire en Géorgie qu’en Russie!!

        Reply
  • Catherine

    Après ce voyage périlleux, on attend les premières impressions de SPB… Une petite remarque : il aurait peut-être été plus cool de prendre le transsibérien…!? Bon voyage en Russie !

    Reply
    • Bayvet

      Catherine le transsibérien ne passe pas par saint PETERSBOURG

      Entre Moscou et Saint PETERSBOURG le mieux c est le Sapsane moins de 4 heures
      On est un peu secoué car c est un train pendulaire qui roule entre 150 et 200 km/h

      Un inter city européen très loin bien loin de la technologie TGV supérieure à Siemens !!!

      Reply
  • Catherine

    J’ajoute un commentaire : Que s’est-il passé entre le 3 août (date d’arrivée à Moscou ?) et le 27 août (date d’arrivée à SPB ?) ??

    Reply
  • claire blayo

    Hello Lois. Retour du Québec pour nous. Les camions sont énormes et roulent à donf. Sinon, rien à voir avec les russes. Le train en Russie, y a que ça de vrai on dirait.bises des Voironnais.

    Reply
  • Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    ABOUT ME

    Loïs : Voyageuse aventurière qui aime danser à ses heures perdues :)

    Se tenir au courant ?

    Entrez votre adresse mail pour recevoir un mail à chaque nouvelle publication.

    Où suis-je??


    Cet itinéraire a été créé à l'aide du site Le planificateur de voyages

    POPULAR POSTS